12/02/2020

Recycler est le choix le plus vertueux que nous puissions faire

Accroître la part de plastique recyclé est une nécessité absolue. S’intéressant tout particulièrement au plastique contenu dans les emballages qu’on trouve dans le commerce de détail, RISE a lancé en 2017 un projet visant à accroître de façon significative la part de matières plastiques recyclées dans les emballages. Au départ, il y avait un concours d’innovation qui est devenu par la suite une collaboration innovante entre RISE, Essity, ICA et Trioplast. Le but recherché est une utilisation « en circuit fermé » du plastique.

RISE est un institut de recherche public qui met à disposition des centaines d’essais et de démonstrations pour tester la pérennité des technologies, des produits et des services. On y trouve aussi les compétences qui permettent de trouver les solutions d’avenir.
« C’est un concours d’innovation à l’été 2017 qui a véritablement marqué le coup d’envoi du projet. ICA et Essity étaient les détenteurs du cahier des charges pour le plastique recyclé soumis par les participants du concours.
C’est finalement l’entreprise allemande RSH Polymerer qui l’a emporté et qui fournit désormais la matière première que Trioplast utilise pour sa production », explique Johan Landberg, chargé de projet chez RISE.

L’importance vitale de la collaboration entre la recherche et l’industrie
ICA est un acteur majeur de la grande distribution de produits alimentaires en Suède. Un secteur qui, globalement, a placé la barre haut quand il s’agit d’utiliser des matériaux recyclés dans les emballages destinés à la grande consommation.
« Au plus tard en 2030, tous les emballages en plastique devront être fabriqués dans des matériaux recyclés ou renouvelables. C’est un objectif qui a été fixé par les principaux représentants de la grande distribution », explique Julia Losciale, spécialiste emballages et durabilité chez ICA.
 « Nous collaborons de longue date avec ICA et c’est ICA qui nous a contactés quand le projet financé par Vinnova a démarré », explique Bengta Hallberg, Responsable de gamme chez Essity. C’est grâce à cette prise de contact que Trioplast, premier fournisseur en matière plastique d’Essity pour son site de production à Lilla Edet, a rejoint le projet.
« Ce qui a caractérisé la collaboration a été la volonté de réaliser les objectifs communs. À travers Trioplast, nous avons eu l’occasion de tester de nouveaux films dans notre propre production, ce qui s’est révélé très positif. Actuellement, les films sont composés de 60 % de recyclé, de 20 % de biomasse et de 20 % d’origine pétrolière. »